Agenda 21

Agenda 21

La ville reconnue « Agenda 21 local France » 

logo-agenda-21La déclaration de Rio, en 1992, appelle les collectivités territoriales à mettre en place un agenda 21 à leur échelle, intégrant les principes du développement durable, à partir d’un mécanisme de consultation de la population (chapitre 28 de la déclaration).

En 2009, la ville de Longvic lançait sa Charte de la Qualité Environnementale et du Développement Durable. Au terme de deux ans de travaux impliquant l’ensemble de la population ainsi que des partenaires institutionnels nombreux (Etat, Conseil régional, Conseil général, Communauté d’agglomération), la ville signait sa charte en présence des partenaires le 1er juillet dernier.

Dans le même temps, l’Etat lançait un appel à projet pour la reconnaissance « Agenda 21 local France » auprès des collectivités désireuses de faire reconnaître leurs projets. Selon le Ministère, « L’agenda 21 local est un projet de développement durable pour un territoire. C’est une démarche globale initiée par une collectivité locale, conduite avec la population et les acteurs locaux, avec l’ambition collective de faire du développement durable le nouveau modèle de développement du territoire. L’agenda 21 est à la fois un diagnostic partagé, une stratégie sur la base d’enjeux clairement identifiés et un plan d’action pluriannuel. »

C’est ainsi que la Charte de la Qualité Environnementale et du Développement Durable de Longvic a reçu cette reconnaissance, confirmé par un courrier du Ministre de l’écologie Nathalie Kosciusko-Morizet qui salue la qualité du projet porté par la ville et sa Municipalité.

La Charte de la Qualité Environnementale et du Développement Durable de Longvic est composée de 48 fiches actions déjà engagées pour leur grande majorité. On y trouve des actions en direction de tous, des actions pédagogiques, des actions structurantes pour le développement de la ville, des actions visant à améliorer la gouvernance ainsi que les trois autres piliers du développement durable (économie, social et environnement).

La reconnaissance Agenda 21 s’est appuyée sur plusieurs critères notamment celui d’être le fruit d’une démarche volontaire et d’engager l’ensemble des compétences et politiques du territoire dans le développement durable et d’interpeller en ce sens les autres acteurs du territoire. La cadre de référence du Ministère repose sur cinq finalités essentielles (lutte contre le changement climatique ; préservation de la biodiversité, des milieux et des ressources ; cohésion sociale et solidarité entre territoires et entre générations ; épanouissement des êtres humains et qualité de vie ; dynamique de développement suivant des modes de production et de consommation responsables) et cinq éléments de démarche (participation des acteurs ; organisation du pilotage ; transversalité des approches ; évaluation partagée ; stratégie d’amélioration continue).

Cette reconnaissance vient récompenser un important travail fourni par la Municipalité ainsi que par tous les acteurs du territoire : associations, entreprises, commerces, citoyens volontaires, partenaires institutionnels, services municipaux. Cet reconnaissance doit permettre le développement de la ville vers un développement plus durable et plus harmonieux, en respectant les équilibres du territoire.

Désormais, l’ensemble des politiques municipales s’appuie sur la Charte de la Qualité Environnementale et du Développement Durable et sur cette culture durable. L’agenda 21 est donc un projet stratégique qui accompagne véritablement le développement de la ville.  Enfin, il s’agit d’un gage de qualité des projets et de cohérence des politiques menées par les collectivités territoriales vis-à-vis du développement durable. Pour Longvic, c’est une vitrine en termes d’exemplarité, de reconnaissance des efforts fournis par l’équipe municipale ; c’est une validation de ce qui a été fait et l’opportunité de prendre du recul grâce aux différentes recommandations émises sur la Charte de la Qualité Environnementale et du Développement Durable. A noter également, la reconnaissance est aussi souvent un sésame pour obtenir l’aide ou le financement de certains partenaires comme le département, la région, l’État…

Évalué par un comité d’experts, cette reconnaissance est attribuée pour une période de 3 ans et fera l’objet d’une évaluation ensuite afin de mieux cerner les succès et difficultés rencontrées.

Les agendas 21 locaux en chiffres (source : Ministère de l’écologie, du Développement Durable, des Transports et du Logement) :

  • 106 territoires reconnus Agenda 21 local en 2011 : 72 communes, 26 intercommunalités, 1 pays, 6 départements et 1 région (la plus petite commune compte 55 habitants et la région 12 millions d’habitants).
  • 304 collectivités et territoires sont aujourd’hui reconnus Agenda 21 local : 23 Parcs naturels régionaux, 172 communes, 36 communautés d’agglomération ou urbaines, 27 communautés de communes, 14 pays, 25 départements et 7 régions.
  • Près de 850 collectivités déjà engagées dans une démarche agenda 21.